AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

De songes et de paroles ❉ (akimitsu)

The Forest Cries :: Tōhoku :: La Forêt Sacrée
Yona
Yona
神 ▬ Kami
Picture :
Je ressemble à : Lee Ji-eun (IU) + Bibidou
Messages : 43
Date d'inscription : 02/08/2018

Lun 27 Aoû - 6:02
>
de songes et de paroles
Yona ◊ Akimitsu
La sublime nocturne commençait à se pointer, les cieux avaient pris une teinte orangée, obscure, l'obscurité n'allait pas tarder à se faire reine en ces lieux qui normalement, devraient être paisibles. A la bonne heure, la Louve s'était faufilée près d'une petite rivière à l'eau claire attendait que la Grue la rejoigne. Tous deux sont très proches et ce, depuis très longtemps. Yona avait toujours très apprécié Akimitsu, ils n'auraient pas été des Dieux, on aurait pu les prendre pour deux frères et sœurs... deux âmes liées l'une à l'autre depuis des années aujourd'hui. Et leur petit rendez-vous en fin de journée était un des moments que la Louve préférait entre tous : elle allait revoir son cher ami, son acolyte, son partenaire, tant de mots pourraient décrire leur relation si spéciale. Même si d'habitude, Yona ne sait pas vraiment comment décrire une liaison, elle qui n'a connu que des amitiés éphémères, voilà que celle qu'elle entretenait avec Akimitsu sortait réellement du lot.

Un soupir s'échappa des lèvres douces de la Louve qui s'était ainsi assise, enveloppée dans une des parures dorées et blanches que lui avait offert justement la Grue. Evidemment, cela lui allait divinement bien et cela faisait ressortir sa douceur mais aussi sa dangerosité protectrice dont elle peut faire preuve. Elle avait opter pour une tenue légère, mais ample, merveilleuse mais portait un seul bijou qui s'avérait être un des cadeaux également fait par Akimitsu. Quelques bruits de pas se firent entendre plus loin, les sens de la Déesse en alerte, cette dernière se retourne alors pour observer une silhouette qu'elle pouvait reconnaître entre cent.

« Akimitsu. Tu es là. »

Dit-elle tout simplement d'une voix douce, mais également sûre d'elle. On ne pouvait la tromper. Yona se redressa alors, passant ses doigts fins sur ses vêtements pour faire partir les quelques brindilles qui s'étaient accrochées avant de lever son visage éclairé par les cieux orangés en cette fin de journée.

« Je suis heureuse que tu sois venu. »

Yona était toujours aussi... heureuse de le revoir. Comme si c'était une des raisons de son bonheur. Peut-être que c'était réellement le cas. Après tout, la vie d'une Déesse n'est pas de tout repos, parfois, une épaule sincère et un bonheur, -même imparfait-, peut ravir la flamme de la vie qui brûle en chacun des êtres.
☾ anesidora
Voir le profil de l'utilisateur
Akimitsu
Akimitsu
神 ▬ Kami
Picture :
Je ressemble à : Lee Taemin (SHINee) ; jae. (avatar) ; littleprinceu.tumblr (gif profil 1) ; sataeminism.tumblr (gif profil 2) ; Taedelight (fanart)
Messages : 67
Date d'inscription : 20/07/2018

Dim 2 Sep - 9:28
De songes et de parolesYona & Akimitsu
Yona, you're not a friend. Youre' not a sister. You're much more than that, there is no word to describe it. Because it's something too rare. You are a special one to me. Together we are one. So many years passed away but you're still with me. Month after month you stay by my side. I love you for that. I love you for what you are & I promise, I'll never let you. There isn't any cost. There is only... a sincere love. •••

Cinq jours. C'était le temps de repos que lui avait accordé le vieux Yasumasa en fin de matinée. Le maître potier souhaitait, disait-il, faire quelques changements dans son atelier mais n'en avait pas dévoiler davantage à son disciple. Soit, il constaterait les nouveautés à son retour...

Akimitsu avait paisiblement profité de son après-midi. Pour une fois depuis longtemps, il s'était permis de retirer la mixture qui rendait ses cheveux noirs comme les plumes d'une corneille. La procédure avait été longue et soigneuse jusqu'à ce que ses crins capillaires ne retrouvent leur clarté lumineuse. Ça lui faisait du bien, le dieu se sentait à nouveau lui-même. Il avait parfois la sensation que ce mélange épais étouffait jusqu'à ses propres émotions, qu'il étouffait sa respiration, son souffle. Cette recette colorante avait un rôle dissimulateur, en cachant sa blondeur sous du brun elle cachait également ce qu'il était et cela semblait aller jusqu'à toucher son âme... Non, Aki n'était pas dupe. Si quelque chose le changeait ce n'était pas cette coloration ni même ce qu'il portait ou bien ce qu'il mangeait. Le véritable vecteur de ce changement n'était nul autre que lui-même. C'était lui qui décidait de se teindre. Lui qui décidait d'espionner les hommes de l'intérieur. Lui qui décidait de mentir et de se faire passer pour quelqu'un d'autre... Il avait décidé d'écouter sa colère et d'agir selon la volonté de cette hargne mauvaise. Lui qui semblait né pour être bon, se sentait pris de doute, certains jours. Ce qu'il entreprenait était mal. Il éprouvait des sentiments qui ne détruiraient pas seulement ses ennemis mais le détruiraient lui aussi dans l'avenir, s'il continuait sur cette voie. Il risquait d'atteindre un jour le point de non-retour et de ne plus jamais être le Dieu originellement bienveillant que tous connaissaient, de ne plus être Akimitsu la Lumière Éclatante. Heureusement, au moins, peut-on dire que ce jour n'arrivera pas aujourd'hui. Non, ce sentier sinistre n'est encore qu'un horizon lointain.

Le soir tombait tout doucement sur la forêt. Akimitsu releva la tête vers le crépuscule, quelques gouttes d'eau claires glissaient le long de son fin bec sombre comme l'onyx. La grande grue secoua ses plumes, déploya ses ailes et les battit comme pour les détendre avant de s'envoler en un gracieux bond aérien au-dessus de la cimes des arbres. Il se dirigerait bientôt vers une certaine rivière mais, avant, il avait un petit détour à faire.

Quand il arriva sur place, le Dieu s'était déjà paré de ses coûteux habits d'un blanc lunaire, bordés de bleu ciel et ornés de fils argentés. Yona était là, assise près de la rivière. Akimitsu la couvait d'un regard à la fois emplie d'affection et d'admiration. La Déesse des loups était splendide dans ses vêtements d'or et de blanc. Comment ne pas reconnaître une des tenues qu'il lui avait lui-même apportée lors d'un de ses voyages passés ? La joie enveloppait son coeur chaque fois qu'il la voyait arborer une des robes qu'il lui avait choisie. Cela lui faisait plaisir qu'elle aime réellement ses cadeaux. Un sourire sincère collé aux lèvres, il alla à sa rencontre, la regardant se retourner à son approche. A sa hauteur, il posa ses mains sur les bras de son amie de longue date et glissa un baiser tendre sur son front :
- Bonsoir, Yona. Tu es magnifique. Te voir ainsi me fait oublier ta nature de louve et je me fais la réflexion que ta place devrait être dans un somptueux palais. Non pas dans les bois où tu risques de te salir ou de te blesser.
Il se recula pour mieux la contempler, son sourire ne le quittant point. Sa chère amie avait l'air d'avoir le sang d'un empereur dans les veines. Elle avait une beauté à la fois céleste, douce et pure. Yona aurait pu être une princesse généreuse, intelligente, sans arrogance ni défaut manipulateur. Elle était douée pour accorder ses coiffures et ses tenues avec un charme tout à elle. D'ailleurs, y penser lui rappelait un épisode de leur existence qui l'avait bien fait rire. Akimitsu se retourna pour s'asseoir à son tour au bord de la rivière, il profita de la caresse du soleil couchant sur son visage en fermant les yeux. Les mains appuyées sur l'herbe derrière lui pour pouvoir se pencher un peu en arrière.
- Est-ce que tu te souviens de cet humain qui était tombé amoureux de toi au point de trouver tous les jours le moyen de te voir et de te faire un nouveau compliment sur ta beauté ou sur tes qualités ?
Son sourire d'abord amusé fit place à un rire.
- S'il n'avait pas été si envahissant et maladroit, ça aurait pu être adorable. Dommage que ses élans de poésies étaient quelque peu ratés. J'ai bien aimé la fois où il t'a claironné : "Yona, mon insaisissable aimée, tes fins cheveux sont semblables à du caramel brûlé." La rime était bonne mais le charme...
Il fait une grimace à la fois rieuse et gênée pour illustrer le fond de sa pensée.
© 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur
Yona
Yona
神 ▬ Kami
Picture :
Je ressemble à : Lee Ji-eun (IU) + Bibidou
Messages : 43
Date d'inscription : 02/08/2018

Lun 3 Sep - 13:52
>
de songes et de paroles
Yona ◊ Akimitsu
Patiente, la Déesse contemplait l'eau claire ruisseler à travers la rivière d'un air serein, heureux, doux avec une once de nostalgie. Elle qui foulait la terre depuis tant d'années, tant de choses ont changées depuis, beaucoup trop. Mais une chose n'avait évidemment pas changé : Akimitsu et elle. Leur lien était indestructible et même s'ils ne partageaient pas toujours les mêmes idées, au fond, leur relation était bien plus profonde qu'une simple querelle de pensées. Yona savait très bien que s'il agissait ainsi, c'était par pur instinct, il n'était pas méchant non. Akimitsu n'est pas un mauvais dieu, la grue est même quelqu'un de respectable et de gracieux. La louve s'était souvent surprise à s'énumérer dans son esprit les qualités et les choses qu'elle aimait chez son semblable. Perdue dans ses pensées, la divine louve n'avait cessé d'observer l'eau et les alentours. Proche de la forêt, Yona aimait passer les fins de journées autour de cette rivière où de nombreuses discussions avaient été faites, c'était quelque peu leur lieu intime où ils pouvaient être eux-mêmes. Car oui. Elle partageait cet endroit calme et serein, où les rayons lunaire et solaires pouvaient passer pour éclairer légèrement afin de donner une ambiance chaleureuse et sereine.

Lorsque Akimitsu se tint près d'elle, Yona se redressa légèrement de ses vêtements immaculés de toute imperfection et son teint s'illumina lorsqu'elle vu le doux visage du dieu qu'elle aimait tant. Il posa ainsi ses mains sur ses bras avant de baiser le front de la déesse qui ferma les yeux à cet instant. Ce doux contact qui lui donnait toujours quelques frissons tant elle était heureuse de retrouver Akimitsu. Elle lui sourit agréablement en remettant en place une mèche de sa coiffure en place.

« Tu as toujours les bons mots pour me faire sourire Akimitsu. Une louve sait toujours se montrer protectrice et sincère envers ceux qu'elle aime. Je pourrai en dire de même de toi, tu sais à quel point je te trouve gracieux comme la magnifique grue. » dit-elle en le suivant du regard, « Si ma place était dans un beau palais, aurais-je pu un jour te rencontrer ? Aurais-je pu te voir comme bon me semblait ? »

Yona avait conscience qu'elle possédait une certaine beauté, mais elle était si attachée à la forêt, aux siens, à Akimitsu. C'était impensable d'envisager de passer à côté de tout ça, non, Yona apportait bien trop de sentiments à sa situation et ce qu'ils l'entouraient. Elle devait avouer que le sourire du dieu l'avait toujours redonné foi et sourire, même lors des journées les plus sombres de la déesse. Car malheureusement parfois, au bout de tant d'années à errer sur Terre, elle avait des moments de doutes, de solitude, elle qui se refuse de prendre le risque de souffrir au détriment de son bonheur. La voix d'Akimitsu la sortit de ses pensées lorsqu'il évoqua un vieux souvenir d'un mortel qui était tombé sous le charme de la déesse, la collant sans cesse et trouvant évidemment toujours un moyen pour s'infiltrer pour aller la rejoindre. Rien qu'en y pensant, Yona en rit.

« En effet, comment pourrai-je oublier cet humain ? D'un côté j'aurai pu trouvé ça mignon mais il m'agaçait à me suivre et vouloir me voir tout le temps. Mais oui, la poésie ne semblait pas être son point fort. Mais on ne peut lui retirer la détermination dont il a fait preuve ! » finit-elle par dire en soufflant doucement dans le vent. Ce mortel avait été d'une détermination presque sans faille, il était toujours là pour l'observer, pour lui chanter son amour qu'il ressentait pour la déesse...
Évoquer des souvenirs était quelque chose qu'elle aimait bien faire parfois, cela lui prouvait à quel point ils avaient vécus énormément de choses et elle osait espérer que cela continuerait toujours.

« Quand j'y pense, ça me blessait un peu à chaque fois de le repousser alors qu'il semblait vraiment obsédé... Mais je ne voulais pas lui faire croire qu'il avait une chance. »

Être une déesse ou un dieu impliquait parfois de vivre des aventures compliquées. Longtemps Yona avait tenté de ne pas s'attacher aux personnes, de peur de souffrir, de peur de les faire souffrir... La louve était bien trop sentimentale qu'elle ne le pense et depuis longtemps elle pense que c'est évidemment, son plus grand défaut.

Lentement, la déesse plongea sa main dans sa robe, fouillant quelques secondes avant d'en sortir une broche d'argent parsemée de pierres bleutées et azurées qu'elle tendit à Akimitsu d'un air sincère. « Je veux t'offrir ça, c'est pour toi. Akimitsu. » dit-elle en levant ses yeux dans l'espoir de croiser le regard de la grue, souriante, elle gardait alors les bras tendus en présentant entre ses doigts fins et frêles le bijou qu'elle avait réussi à acheter à un petit commerçant. Dès lorsqu'elle avait vu ce dernier, elle avait pensé directement à Akimitsu et c'est pourquoi, elle voulait lui faire plaisir et lui offrir un petit cadeau.

☾ anesidora
Voir le profil de l'utilisateur
Akimitsu
Akimitsu
神 ▬ Kami
Picture :
Je ressemble à : Lee Taemin (SHINee) ; jae. (avatar) ; littleprinceu.tumblr (gif profil 1) ; sataeminism.tumblr (gif profil 2) ; Taedelight (fanart)
Messages : 67
Date d'inscription : 20/07/2018

Mer 12 Sep - 13:53
De songes et de parolesYona & Akimitsu
Yona, you're not a friend. Youre' not a sister. You're much more than that, there is no word to describe it. Because it's something too rare. You are a special one to me. Together we are one. So many years passed away but you're still with me. Month after month you stay by my side. I love you for that. I love you for what you are & I promise, I'll never let you. There isn't any cost. There is only... a sincere love. ••• C'était un lieu de paix et de tranquillité. Un lieu qu'ils s'étaient choisi pour se rencontrer. Soir ou matin. Selon leurs envies. Selon les années. Il faisait bon vivre en cet endroit. Akimitsu ressentait une connexion particulière entre son coeur et cette rivière. Elle était spéciale. Spéciale pour lui. Spéciale pour elle. Spéciale pour eux. La Grue et la Louve avaient eux-même créée cette connexion presque tricentenaire. En connectant leurs propres cœurs ensemble en ces lieux secrets. Si souvent. De plus en plus régulièrement. Dans les instants les plus purs, où il se sentait si ouvert à la beauté et à la douce vie, là où cet écoulement de pureté claire et limpide trouvait son lit, il sentait qu'il faisait momentanément corps avec l'âme de la rivière, ainsi qu'avec l'herbe, les insectes et tout ce qui les entourait. Il semblait ressentir, quelques minutes, les brindilles vertes gorgées d'eau et de soleil, respirer. Mais il ne ressentait cette symbiose que lorsqu'elle était là. Sans Yona, cette nature ne perdait pas son charme mais... il manquait alors une présence indispensable. Indissociable. Primordiale. Il se sentait heureux, là, avec celle qu'il considérait comme une sœur. Elle était près de lui depuis tant d'année... Quand il pensait à toute sa générosité, toute sa loyauté, il lui prenait parfois l'envie de pleurer, pris d'une gratitude mêlée de honte. Elle ne l'avait jamais abandonné. Pas même lorsqu'il était si triste qu'il en devenait égoïste ou odieux. Pas même lorsqu'il était si en colère qu'il en devenait irascible et cruel. Comment faisait-elle ? Combien de fois s'était-il demandé comment elle arrivait à supporter ses excès de déraison ? Si agressifs. Pas envers elle mais envers les autres. Quand il était plus jeune, il avait eues des paroles blessantes. Pas qu'une fois. On y échappe pas quand on tisse des liens. Un jour, les proches se retrouvent injustement éclaboussés, sans qu'on le veuille. Mais leur affection commune croissante et leur fusion naissante, il s'était considérablement calmé. A présent, lorsqu'il s'énerve, ses mots ne frappent plus la Louve. Jamais.

Leurs sourires illuminaient leurs visages tandis que le crépuscule les couvrait des derniers rayons du jour. Un tableau heureux et beau qui parait pouvoir être éternel. La voix de la louve est comme celle de la rivière et ses mots lui réchauffent l'âme comme si un soleil liquide se répandait en lui sans éveiller le moindre mal. La réponse d'Akimitsu est un peu rieuse et taquine :
- "Comme la magnifique grue" ? Mais je suis la grue. Naturellement que je suis magnifique et gracieux. Le rire qu'il échappe est comme une brève brise de joie et de légèreté. Puis, sans que son visage ne se départisse de sa tendre gaieté, le Dieu reprend avec plus de sérieux. Oui, nous aurions pu nous rencontrer. Mais non, nous n'aurions pas pu nous voir comme bon nous semblait. Bien des choses auraient été différentes. C'est vrai. Je suis heureux que tu ne sois pas née dans un palais. Mais... tu en serais digne, selon moi.
Il avait pris une de ses mains dans les siennes en disant cela. La couvrant de ses deux paumes, pour appuyer sa sincérité. Un geste également motivé par le sentiment de protection qu'il éprouvait à son égard.

C'est à sa première phrase qu'Akimitsu rigole. Comment, en effet ! Même lui n'avait pas oublié le jeune homme. Alors, Yona... Objet de toutes ses attentions, nombreuses et insistantes... Comment aurait-elle pu ? Parfois, il avait plaint son amie à voir à quel point le mortel s'accrochait à elle. Akimitsu avait connu ça lui aussi avec des femmes obsessionnelles. Il y a les moments où c'est fort hilarant et d'autre ou c'est tout l'inverse... Certaines lui ont même fait peur à tomber dans la limite du culte divin... Oui, il était bien un dieu. Mais, de là à le désirer au point de vouloir le séquestrer ou le clouer dans leur lit -au sens littérale du terme-. Là, ça prenait une tournure réellement extrémiste et horrifiante. Les hommes croient que des événements aussi affreux n'arrivent que dans les légendes mais... Lui-même a vécus quelques cas de ce type. Il l'a évoqué à Yona mais s'est toujours abstenu d'entrer dans les détails. Son but n'était pas de lui donner des cauchemars. Et, lui, son mental d'acier s'en était remis. Il n'y avait pas eu besoin de creuser ces histoires que le monde faisait mieux de ne pas avoir en connaissance. Ici, au moins, ils ne parlaient pas d'un cas semblable. L'amoureux transi de Yona s'était toujours montré respectueux envers elle et bien assez saint d'esprit pour ne pas tomber dans l'horreur. Il avait été attachant et amusant. Poétique, même si ses vers n'étaient pas au point. Charmant dans ses manières même s'il avait eu l'audace de chercher à la rencontrer chaque jour sans se soucier de l'incommoder. Il semblait juste oublier d'y penser dans sa hâte de retrouver son inaccessible aimée. Aki' ça l'avait à la fois touché et mis mal à l'aise pour celle qu'il appelait parfois "Noona". Ainsi appelle-t-on sa grande-sœur en coréen. Quand on est un garçon.

Il aimait bien cette culture.
- Ça te l'a rendu inoubliable pour les années encore à venir, au moins. Moi aussi, il m'a marqué. Profitant encore des derniers rayons du soleil, il remit la tête légèrement en arrière tout en acquiesçant. Oui, c'est pour cette raison que cet humain m'inspirait du respect malgré son attitude. Il était prêt à tout pour te conquérir. Il était déterminé et, en même temps, te respectait. Il ne t'a jamais fait de mal, jamais forcée à le considérer comme un parti potentiel. Parfois, je me dis qu'il t'aimait vraiment...
Et d'autrefois, il n'arrivait pas à discerner si ce n'était que de l'obsession un peu folle. En ce cas, ça n'aurait pas été de l'amour et, parfois inquiet, il veillait discrètement au grain. Sans qu'aucun des deux ne le soupçonnent. Bien sûr, elle aurait pu prendre sa forme animale à tout moment pour brillamment se défendre elle-même... Mais, elle qui répugnait à être agressive, il doutait qu'elle aurait fait plus que lui montrer les crocs.
Tu as très bien fait, Yona. Un homme qui se fait des illusions, ce n'est jamais bon. Surtout pour... une femme. Il lui lance un regard complice et entendu à ce dernier terme. Tu as tout de suite été honnête avec lui. Après un court instant de silence, il ajoute. Je suis allé le voir, quelques années plus tard, par curiosité. Tu sais ce que j'aie vu ? Son visage se tourne à nouveau vers le sien. Un père de famille heureux, complètement fou de sa femme et de ses enfants. Un vrai père poule, adoré par sa famille. Un de ses fils lui a dit : "Je veux être comme toi, plus tard !". Ton soupirant était devenu joueur de musique. Il chantait comme... euh... un... Il grimace. Tu as déjà vu un humain en train de s'étrangler ? C'était identique. La seule différence, c'est qu'il formulait des vers toujours aussi fatals pour les oreilles. Mais, le coeur qu'il y mettait, forçait l'admiration. Et sa musique, elle... C'était comme si on avait transposés tous les plus beaux chants de la nature dans un instrument à corde.
Sa musique avait été magique. Paix à l'âme de ce brave homme.

Il s'était allongé sur l'herbe, bras croisés derrière sa tête blonde, installé avec confort sur la rive. L'eau qui ruisselait lui chantait une mélodie sereine. Quelques insectes volant battaient de leurs ailes translucides et bourdonnaient ici et là. Un minuscule papillon lui effleura le nez sans qu'il ne bronche. Puis il entendit quelque chose de différent, un son froissé et devina que cela venait de Yona. La louve était en train de se déplacer... ou de farfouiller quelque chose dans ses vêtements. Il eut à peine le temps de tendre l'oreille que la déesse reprit la parole.

La Grue ouvre les yeux d'un air surpris. Puis se tourne vers son amie... qui lui tend un bijou de très belle manufacture. Un instant bête, il ne bouge pas. Et son corps reprend contact avec son esprit pour se relever lentement et revenir vers elle, les prunelles rivés sur l'objet. Son cadeau. Le soleil couchant brillait encore et déposait de petites étoiles sur les pierres de différentes teintes de bleu. Touché, il reste muet et contemple le bien qui sera sien dès que ses doigts s'y seront posés. Mais avant, il relève les yeux vers celle qui lui offre ce présent. Les iris de la grue brillent de ce qu'elle ne dit pas. Plus que le bel ouvrage, c'est son geste qui l'émeut. Sa signification. Il signifie tant de choses et renvoie à chaque présent qu'ils se sont fait par le passé. Les raisons pour lesquelles il se les ont fait. Pour cet attachement unique et exceptionnel qui les unie depuis si longtemps.

Par pur tic, il s'hydrate les lèvres et se les pince entre elles en reposant les yeux sur la broche alors qu'il amorce un geste pour la faire sienne. Leurs mains s'effleurent et le métal refroidit la peau du Dieu quand il le prend entre ses phalanges. Ses yeux détaillent encore un instant le bijou puis il le porte à son coeur des deux mains et s'incline doucement, avec respect, gratitude, attachement, devant la déesse. « Merci, Noona. Ton cadeau me touche beaucoup. J'en prendrai soin. » Il ne sait même pas quoi dire de plus... Comment prononcer des mots réellement digne de ses émotions ? Il se redresse. Après un petit instant d'hésitation, de crainte d'en faire trop, il anéantit néanmoins le peu de distance qui les sépare pour la prendre dans ses bras. Ses paupières se ferment et il l'étreint tendrement sans rien dire. La serrant simplement contre lui. Sa chaleur contre la sienne. Témoin de sa présence. Tenant fermement la broche dans sa main pour ne pas la faire tomber par mégarde. Certains jours, on aimerait pouvoir fusionner notre coeur avec celui des personnes qu'on aime. Mais cela étant impossible, les étreintes sont les meilleurs moyens de les rapprocher au plus près. Comme l'un contre l'autre.

Et alors, il n'y a plus besoin de dire : je t'aime.
© 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Paroles d'un mort
» [Blog] Paroles d'un tyran
» Des paroles, Du son, Une chorégraphie...
» Les Paroles du Sage
» Les Paroles du Sage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Forest Cries :: Tōhoku :: La Forêt Sacrée-
Sauter vers: