AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Perhaps the last day... or not • Rina

The Forest Cries :: Tōhoku :: Le Village des Forges :: Les Habitations
Akimitsu
avatar
神 ▬ Kami
Picture :
Je ressemble à : Lee Taemin (SHINee) ; jae. (avatar) ; littleprinceu.tumblr (gif profil 1) ; sataeminism.tumblr (gif profil 2) ; Taedelight (fanart)
Messages : 67
Date d'inscription : 20/07/2018

Lun 20 Aoû - 7:33
Perhaps the last day... or notRina & Akimitsu
It's raining tonight. I like this feeling... These drops of water that flow on my skin. When they drip & drop on me. I feel good. I'm fine. Nothing can hurt me. I flutter in the sky with this strange body. Human anatomy is so much sensitive. We feel each contact more intensly. It's weird... and great at the same time. ••• La nuit avait recouvert le village de son manteau obscure. Le vent soufflait avec légèreté, glissait sur ses cheveux noirs et dans ses plumes blanches avec une fraicheur délicieuse à laquelle il ne prêtait pourtant qu'une faible attention. Du haut d'un toit, se dressait une silhouette immobile. Une silhouette d'un autre monde car elle n'était pas humaine. Un vêtement singulier, ouvert sur les omoplates, libérait quatre longues ailes qui perçaient son dos de part et d'autre de son échine masculine. Depuis les ruelles à quelques mètres de la maison où il se campait comme un oiseau patientant sur sa branche, on croirait voir une apparition difforme, indéchiffrable à cette distance. Que l'on essaie de se rapprocher pour la voir de plus près et elle disparaissait comme un éclair derrière la toiture. Créature insaisissable. Un rêve ou un cauchemar éveillé, sans doute, rien de plus. Après tout, la lune s'était levée depuis quelques temps, à présent. Le sommeil avait déjà assoupi les plus jeunes visages.

La pluie commençait à tomber, à goûter sur sa peau fiévreuse pour alourdir ses tissus trempés. Lui, il s'efforçait de rester le plus maître de lui-même possible. C'était vital pour ne pas stimuler davantage cette douleur qui éprouvait son sang-froid et sa concentration... Souffrance physique lancinante qui ne le quittait plus depuis deux longues journées. Le Dieu tentait de respirer avec sérénité mais le mal s'estompait à peine. Ça avait été un accident. Le type d'accident susceptible d'arriver dans le quotidien et qui, au départ, parait bien bénin. Mais qui, si on ne le soigne pas, s’aggrave au fil des heures et peut nous coûter le plus précieux de tous les dons : la vie. Le premier jour, ça allait. Il n'y avait eue qu'une bosse certes impressionnante et douloureuse mais rien de plus. Puis quelques étourdissements lui avaient fait perdre l'équilibre ou rater son nouvel ouvrage d'argile. Le vieux Yasumasa s'était inquiété mais Akimitsu avait insisté avec une rare obstination. Pas besoin de médecin, il irait mieux dans une semaine. Sauf que depuis ce matin, des points rouges étaient apparus dans son champ de vision et revenaient par intermittence, toujours plus fréquents. La pression sur son cerveau avait progressé et ne se concentrait plus seulement sur le côté droit de son crâne.

Maintenant, le Dieu regrettait son imprudent entêtement.
Serait-il déjà trop tard ?...

Dernier vertige. Ses ailes lui sont si lourdes... Il faut qu'il s'en allège. Mais alors qu'elles commencent à disparaître, voilà la silhouette qui s'effondre comme si sa tête était une enclume qui l'attirait dangereusement vers le sol. Son corps heurte le toit avec fracas, descend bruyamment son versant comme un rocher qui se détache du flanc d'une montagne pour aller rudement se briser à son pied. Le Dieu ne remarque pas sa propre chute. Il ne ressent plus une once de douleur, ne sait pas qu'il vient de dégringoler de son perchoir pour s'écraser mollement sur la terre boueuse en contrebas. Non. Il n'a plus conscience du monde qui l'entoure. Il ne pense même plus. Son corps inerte, couvert d'égratignures et de bleus repose seul dans l'ombre des bâtisses. Tel un orphelin abandonné à son funeste sort. Étrangement, quelques douces  plumes noires et blanches larmoyantes reposent tristement autour de l'anatomie qu'elles viennent de quitter. Comme dans l'attente d'un éveil qui risquait de ne pas avoir lieu. De brèves secondes, un écho lointain fait imperceptiblement tressaillir les paupières du jeune homme blessé. Ce sont les lamentations de la Forêt... Si lointaines. Un susurrement insaisissable dans son esprit.

Telle la voix d'un dernier appel désespéré.
Face auquel il se trouve trop impuissant pour répondre.
© 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur
Rina
avatar
たたら ▬ Irontown
Picture :
Je ressemble à : Liu Shishi (svein)
Messages : 114
Date d'inscription : 15/07/2018

Lun 27 Aoû - 21:52

   
You'll be alright
La nuit s'installait doucement. Les portes du village commencèrent à se fermer alors que les derniers habitants rentraient dans leur demeure. Tu faisais partie de ces dernières personnes à franchir l'entrée principale, ton sac remplit d'herbes en tout genre sur tes épaules. La récolte avait été bonne. Il faut dire aussi que tu avais passé la journée à l'extérieur pour les cueillir, laissant ainsi ton mentor s'occuper de tes patients.

Après cette longue journée, tu pensais pouvoir passer une soirée tranquille à savourer un bon thé chaud. Surtout que la pluie qui commençait à tomber ne t'incitait guère à sortir. Assise devant ton miroir, tu retirais les ornements de tes cheveux. Ceux-ci tombèrent en cascade dans ton dos, te donnant ainsi un air légèrement plus mature, plus calme aussi. Tu regardais ton reflet tout en passant le peigne dans cette chevelure emmêlée. Tout semblait se passer pour le mieux. Du moins, c'est ce que tu pensais jusqu'à ce qu'un jour attire ton attention. Il ne s'agissait pas de la pluie. Non, le son était bien trop sourd pour que cela soit de l'eau. Interpellée, tu ne pus t'empêcher de te lever afin d'ouvrir la porte de ta demeure. Tes pupilles scrutèrent les environs. Avec toute cette pluie et les ténèbres environnantes, tu ne voyais pas grand-chose. Cependant, en plissant légèrement les yeux, tu discernas une silhouette allongée sur le sol boueux. Sans même prendre le temps de réfléchir, ta cape se retrouva immédiatement sur tes épaules et tu sortis à l'extérieur.

Tu pensais avoir rêvé, mais ce n'était pas le cas. Il y avait bel et bien un corps inerte. Plus que quelques pas encore et tu t'accroupissais à ses côtés. Maintenant proche, tu discernas enfin les traits de ce jeune homme. « Akimitsu? Akimitsu, réveillez-vous! » Il s'agissait de l'apprenti potier. Tu ne le connaissais que très peu et cela te surprenait de le voir ici, à cette heure-ci. Peu importe le nombre de fois que tu l'interpellas, il ne réagissait pas. Instinctivement, tu portas un doigt sous son nez. L'air que tu ressentais sur ta peau était bon signe. Il respirait toujours. Tu allais devoir prendre son pouls, mais sous cette pluie battante, ce n'était pas l'idéal. C'est alors que tu remarquas les plumes noires et blanches qui parsemaient le corps. Tes paupières se froncèrent quelque peu alors que des questions traversèrent ton esprit. Que faisait ces plumes là? Autour du jeune homme? Enfin, l'heure n'était pas aux questionnements, mais aux agissements.

Tu devais l'emmener chez toi, là où tu pourrais en prendre soin. Alors, malgré tes maigres forces, tu parvins à soulever son corps - ou plutôt, à le traîner. Comment une jeune femme telle que toi aurait pu le soulever? Il ne pèse pas une tonne, mais quand même. S'il avait été un tant soit peu conscient, il aurait été plus facile de le transporter, mais là... Une fois à l'intérieur de ta demeure, tu déposas son corps sur ce qui ressemblait à un lit de paille près du foyer. Ainsi, il pourra se réchauffer. Sans plus attendre, tu allas chercher tes aiguilles d'acuponcture avant de revenir t'installer auprès de Akimitsu. Tu devais le réveiller. Tu attrapas alors une aiguille que tu plaças entre le nez et les lèvres supérieurs du jeune homme. Il s'agissait d'un point d'acuponcture permettant de réveiller les gens. C'est un point de réanimation quelque peu douloureux, mais très efficace. Tu ne l'utilisais qu'en cas d'urgence, comme dans ce cas-ci. Puis, tu retiras l'aiguille et la rangea dans ta trousse. Tu reportas ton attention sur lui tout en tenant son poignet pour prendre ton pouls. « Akimitsu? » interpellas-tu, espérant voir un signe de réveil de sa part.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


   
Voir le profil de l'utilisateur
Akimitsu
avatar
神 ▬ Kami
Picture :
Je ressemble à : Lee Taemin (SHINee) ; jae. (avatar) ; littleprinceu.tumblr (gif profil 1) ; sataeminism.tumblr (gif profil 2) ; Taedelight (fanart)
Messages : 67
Date d'inscription : 20/07/2018

Dim 9 Sep - 8:38
Perhaps the last day... or notRina & Akimitsu
It's raining tonight. I like this feeling... These drops of water that flow on my skin. When they drip & drop on me. I feel good. I'm fine. Nothing can hurt me. I flutter in the sky with this strange body. Human anatomy is so much sensitive. We feel each contact more intensly. It's weird... and great at the same time. ••• Un point dans les ténèbres. Une piqûre d'adrénaline subite qui parcours son système comme un éclair. Ce n'est pas une décharge violente mais son ordre à son subconscient est clair et vigoureux : Réveille-toi ! Quelques lueurs percent le brouillard qui le noie et le dieu tic. C'est d'abord une contraction faciale. Son visage semble exprimer un vague mécontentement, un inconfort insonore. Puis, ses paupières clignent, alourdies de faiblesse. De la lumière... Elle est tamisée et pourtant, un instant, elle l'aveugle. Embrumé, il rouvre prudemment les yeux et fixe le plafond entre ses cils. Selon toute apparence, absent. Son corps le titille en plusieurs endroits impossible à localiser dans son égarement. Il dit : ici, ici et là ! Ce sont des alarmes. Il est blessé. Et dans ce tintamarre de signes qui s'éveillent, une voix féminine se mêle. Aucun mot ne se forment dans son esprit... Il ne pense même pas à se demander qui elle est, le dieu furieusement sonné remarque simplement qu'il ne la reconnait pas. Rien n'est net et précis, tout est flou et confus. Jusqu'à ce que...

Gémissement de douleur. Long mais pas bien fort, comme quelqu'un qui se réveille d'une mauvaise nuit. Par instinct, ses mains boueuses se relèvent vers son crâne comme si elles auraient le pouvoir d'apaiser son mal. Toute sa conscience se focalise brusquement en haut. A mesure que son état léthargique s'estompe, le maux augmente. Son corps se cambre et se crispe. Ses plaintes se font plus fortes mais il ne crie pas. Son torse se soulève par saccade, au rythme de sa respiration raccourcie par la souffrance. Il ne le réalise pas encore mais sa chute a empirée son traumatisme crânien. Ses muscles ressentent à peine les hématomes qui les parsèment depuis qu'il a dégringolé du toit. En revanche, sa poitrine ressent les côtes légèrement fêlées qui compliquent ses inspirations. Ses vêtements trempés et salis par la terre, moulent son anatomie humaine. Il est facile de suivre son rythme respiratoire anormale. Le Kami fléchit une de ses jambes sans même y penser, réflexe incontrôlé. Quand Akimitsu cherche à se tourner sur le côté, son corps effectue à peine un mouvement que la souffrance dans son thorax l'en empêche.

Cette fois, il pousse un cri rauque. Ponctué par des mots prononcés entre ses dents :
- J'ai mal... J'ai mal... partout...
Il commence à se souvenir par fragment. Cette saleté d'objet lourd qui le frappe à la droite du crâne. Lui, qui s'affale, un genou et une main au sol pour se soutenir. Restant là, étourdis, souffreteux... Combien de temps ? Un moment. La suite il ne sait plus. Réfléchir demande un minimum de force et toute son énergie est accaparée ailleurs. Il ne sait même pas où il est mais ne se pose guère la question. Son instinct lui souffle seulement que s'il est là, c'est qu'on veut s'occuper de lui. Quelques rares larmes de douleur coulent sur ses joues. C'est comme si...
- Ma tête... est... comme... prête à exploser... Agressée d'un... milliard... d'aiguilles... Uh !...
Au sens littéral du terme, serait-elle capable de le faire d'une minute à l'autre ? Et il semble tanguer entre le monde de la conscience et celui de l'inconscience. Ses yeux sont fermés, barrière protectrice contre les tournis qui l'assaillent. Il est à deux doigts de sombrer à nouveau. Il le sent, essaie de se retenir mais sa volonté éprouvée oscille avec fragilité...
© 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur
Rina
avatar
たたら ▬ Irontown
Picture :
Je ressemble à : Liu Shishi (svein)
Messages : 114
Date d'inscription : 15/07/2018

Sam 15 Sep - 10:24

   
You'll be alright
L'aiguille avait été retirée. Tu attendais donc patiemment, agenouillée au côté du jeune homme, priant pour qu'il se réveille. Soudainement, un long gémissement s'échappa de ses lèvres et l'espoir naquit dans ton coeur. Il commençait à se réveiller, doucement, à sortir de son état d'inconscience. Plus le temps passait et plus il semblait reprendre conscience. Il porta même ses mains à sa tête. C'était bon signe s'il était capable de bouger les bras. Tu restas encore un moment silencieuse, observant ses réactions. Cependant, jamais tu ne te serais doutée que son réveil se ferait aussi brusquement.

Le corps d'Akimitsu se cambrait et se crispait. Ses plaintes se firent plus fortes alors que sa respiration accélérait. Tes yeux se portèrent instinctivement sur sa poitrine qui se soulevait avec difficulté. Tu devais le calmer, et vite. Tu attrapas donc une aiguille, mais au même moment, il poussa un cri rauque qui te fit sursauter. Il avait mal. Il souffrait. Son corps entier était une véritable souffrance. Et tu n'en doutais même pas, au vue de la chute qui avait eu.  « Tout ira bien, je suis là. » Tu ne pus t'empêcher de vouloir le rassurer, mais tes paroles n'auraient probablement pas d'effet sur lui. Sa tête lui faisait bien trop mal pour qu'il ne remarque ta présence - ou du moins, pour qu'il ne réalise que c'était toi. Justement, en parlait d'aiguille, il était temps que tu passes à l'acte. Tu saisis alors le visage du jeune homme par le menton pour essayer d'immobiliser sa tête autant que possible. Ce n'était pas le moment qu'il bouge pendant que tu allais lui faire de l'acupuncture. Avec précision, tu enfonças une première aiguille sur sa tempe droite, puis une seconde sur la tempe gauche. Ce point, que les Chinois nommaient Taiyang, était idéal pour les maux de tête, mais surtout pour calmer. Tu espérais seulement que l'effet serait suffisamment puissant pour calmer Akimitsu.

Petit à petit, d'autres aiguilles s'ajoutèrent. Certaines étaient positionnées sur le visage, d'autres furent posées à la base de la nuque et même sur les épaules. Chacun des points servaient à soulager les maux de tête, mais également au soulagement de la douleur du cou et réduire la tension des muscles. Une fois que tu eus réussi à toutes les installer, tu soupiras doucement et libéra Akimitsu de ton emprise. « Comment vous sentez-vous, Akimitsu? » demandas-tu sans réellement savoir s'il t'entendait, ni même s'il pouvait te répondre. Tu espérais avoir au moins neutraliser son mal de tête. Il se sentirait plus léger et parviendrait peut-être à prononcer quelques paroles, notamment pour t'expliquer ce qui s'était passé. Pourquoi et comment avait-il chuté? Que faisait-il dehors sous cette pluie infernale?


code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


   
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Vente] Grand bazar de 40K, Battle et même Inquisitor !
» ☆ L'armoire magique de Nérina ☆

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Forest Cries :: Tōhoku :: Le Village des Forges :: Les Habitations-
Sauter vers: