AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

The rat came in the wrong house • Kuro

The Forest Cries :: Tōhoku :: Le Village des Forges :: Les Habitations
Akimitsu
avatar
神 ▬ Kami
Picture :
Je ressemble à : Lee Taemin (SHINee) ; jae. (avatar) ; littleprinceu.tumblr (gif profil 1) ; sataeminism.tumblr (gif profil 2) ; Taedelight (fanart)
Messages : 67
Date d'inscription : 20/07/2018

Jeu 16 Aoû - 12:11
The rat came in the wrong houseKuro & Akimitsu
You are a traitor. We can't trust you, no matter our camp. Today, your muzzle sniff and your claws scrape a house that I care. Be careful of what you're doing. I could be very angry. ••• Informe, humide, salissant. Ainsi était le amas de terre cuite ramollie qu'il avait devant lui. Ce n'était pas un objet. Cela ne ressemblait à rien. Ce n'était qu'un tas de particules terreuses sans identité. Pour l'instant. Un regard vers les étagères parsemées entre les quatre murs de l'atelier révélait l'avenir proche de ce triste paquet ratatiné. Le Dieu observait les œuvres communes à lui-même et à son maître potier avec un intérêt qui trahissait son admiration pour le vieil homme. C'était lui qui lui avait appris cet art... Et, Akimitsu le reconnaissait volontiers, il était loin d'atteindre la grandeur de son professeur. Quand bien même sa condition surnaturelle lui octroyait une touche divine en ce qu'il entreprenait. Il manquait de pratique et d'expérience. Le misérable monceau brun clair reposait là, pitoyablement dépendant des mains de son futur créateur qui s'était levé pour observer de plus près les fragiles ustensiles sortis tout droit de l'imaginaire du maître de maison. Il y en avait des peints. Il y en avait des gravés. Tous étaient raffinés. Un délice pour les yeux. Une gourmandise pour les sens optiques. Une caresse pleine de saveurs pour l'âme romantique. Qui était un tant soit peu sensible à la beauté était immanquablement attiré par la finesse de ces ouvrages fabriqués à la main et d'autant plus précieux. Les humains étaient capables de créer l'élégance, la délicatesse, la joliesse et d'assembler tout cela à l'utile. En y réfléchissant, c'était subjuguant. Il ne se lassait pas de ce spectacle, spectacle qui changeait perpétuellement pour ne revêtir que rarement les mêmes décors. Cela dépendait des désirs de la clientèle fidèle et de l'inspiration du respectable vieil homme.

Puis, un bruit inattendu mais diffus fit froncer les sourcils du divin qui releva calmement la tête pour fixer son attention sur l'étage du dessus... Prédateur omnivore qu'il était de par sa forme animal, il scrutait les planches du plafond comme s'il cherchait une proie quelconque. Silencieux et attentif. Jusqu'à ce que...
- Akimitsu ! Ta pâte est en train de se dessécher, arrête un peu de rêvasser et repose tes fesses sur ce tabouret !
Le fautif, pris en flagrant délit, fut surpris de déclencher l'impatience de son bienfaiteur. Il est vrai qu'il avait jetée sa pauvre pâte aux oubliettes... Retrouvant ses esprits, il regagna vivement son modeste siège pour se remettre au travail avec quelques brefs mots d'excuses.
- Oui, pardon ! Je m'y remets immédiatement.
- Qu'est-ce que tu fixais, comme ça, sur le plafond ?
- ... Rien, monsieur. J'étais seulement en train de chercher l'inspiration pour mon prochain pot.
- Hmm... Tu me rassures. Ton regard était à ce point scrutateur que j'ai cru que tu allais t'armer de ton pinceau et de ta palette à couleur pour me le barbouiller de peinture.
Ce fut par un rire léger que le dieu répondit à la taquinerie du vieillard et chacun se remis à son labeur. Plus d'une fois, Akimitsu remarqua ces bruits parasitaires dans la pièce du dessus... Mais Mr Yasumasa ne semblait pas s'en rendre compte. Trop concentré. Et trop âgé... Il n'y avait personne d'autre qu'eux dans la maison, en ce moment-même. Ce n'était pas normale qu'il y ait du remue-ménage là-haut. Le Kami était en train de terminer le modelage de sa première tasse quand il décida d'aller vérifier l'origine de ces sons suspects. Entreposant la fragile demoiselle parmi ses cousins pour entamer l'étape de séchage, il se rinça les mains dans un récipient rempli d'eau et se les essuya avec un torchon usagé. Après quoi, il s’éclipsa en demandant la permission de prendre une pause, ce qu'il obtint après négociation et non sans se ramasser une réplique désapprobatrice. Immobile, une fois au bas des escaliers, il observa l'étage avec minutie. Tendant l'oreille, à l'affut du moindre craquement. Il y avait un intrus ici... Et Aki était décidé à jeter une ombre sur ses objectifs malsains. Posant un pied sur la première marche, il monta le plus discrètement possible les suivantes. Ses chaussettes atténuaient ses déplacements, seuls ses vêtements émettaient quelques froissements subtils. Passant quelques portes coulissantes à pas de loup, il s'arrêta finalement à côté de l'une d'elle. Celle-ci était entrouverte et jetait un rayon de lumière vive dans le couloir... Se laissant glisser jusqu'au sol dans une position accroupie, histoire que sa silhouette ne le trahisse pas, il clôtura les derniers mètres le dos courbé. A l’entrebâillement, il jeta lentement un œil alerte à l'intérieur de la salle. Le Dieu prit plusieurs longues secondes avant de repérer le nuisible. A sa vue, ses muscles se tendirent. La Grue fixa soudain sa cible avec une très grande hostilité. Ses prunelles brillèrent d'un éclat pernicieux. Lui ! Que faisait-il ? Comment avait-il réussi à entrer ?

Se gardant de se manifester, Akimitsu posa un genou en appui sur le plancher, une main crispée sur la porte qui le cachait, comme prêt à bondir sur son ennemi. Là, dans cette pièce, son œil captait dans l'embrasure un autre représentant de sa race. Un sournois et vil petit personnage dont la simple évocation lui faisait grincer des dents...

Le Dieu des Rats Noirs en personne.
© 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur
Kuro
avatar
神 ▬ Kami
Picture :
Je ressemble à : Yamazaki Kento (truc.)
Messages : 64
Date d'inscription : 27/07/2018

Jeu 20 Sep - 17:11
The rat came in the wrong houseKuro & Akimitsu
Nous sommes partout. Que vous nous voyez ou non, je m'évertue depuis des années à nous disperser, nous déployer pour mieux surveiller. En secret, nous sommes les yeux de ce monde en déclin. Nous restons là à observer, piller, survivre. Aucun lieu ne nous échappe, aucun, pas même les plus dangereux. Nous nous faisons juste discret, Ils se font discret. Même si vous croyez nous échapper, les miens veillent. Craintifs, nous évitons de nous faire voir. Sans un bruit, on pénètre vos maisons. Sans un bruit ? Pas toujours. La preuve en fut le vacarme que je fis après avoir escaladé la poutre en bois de cette chaumière pour y pénétrer en passant par la fenêtre. Encore une visite dans le village des Forges. Il faut dire que je veille à la survie des miens en pillant ces humains. Cependant, et contrairement aux miens, ma taille imposante ne passe pas inaperçue. Trop petit pour un Dieu, trop gros pour un rat, tel une malédiction, je traîne ce fardeaux, je fais avec et ce depuis des années. Je suis une grosse boule d'un mètre, ma taille peut effrayer certains de leur prédateurs. Cependant, ce soir, ce n'est pas la question. Encore une fois, je me retrouve à piller une maison pour ceux de la forêt, ceux qui ne sont pas assez courageux pour me servir d'yeux, ceux qui vivent à mon crochet, qui craignent trop les humains pour s'aventurer à l'extérieur des bois.

La fenêtre passée, je m'étais écrasé lamentablement contre le sol. Par chance, personne n'occupait cette pièce, pour l'instant du moins ! Mes sens en alerte, je regardais tout autour de moi, me levant du mes deux pattes arrières, le museau relever pour reniffler un quelconque danger mais pas un bruit se fit entendre jusqu'à ce qu'une voix vienne me faire sursauter. La voix s'était élevée du rez-de-chaussé. Un instant, je me figeais pour écouter la conversation sans pour autant avoir entendu le nom qui fut prononcé précédemment. J'attendais un instant pour me faire oublier et enfin commencer mon exploration. Une fois mon rythme cardiaque calmée et ma présence supposément oubliée, je reniflait la pièce pour me concentrer sur cette dernière. Au premier abord, elle n'empestait pas l'humain, les effluves étaient même étrangement agréables, raffinée. Dans l'obscurité, les formes se dessinaient peu à peu dans mon esprit. Au sol y était étendu un futon et non loin de se dernier se trouvait un meuble sans prétention. Cependant, disposé sur se dernier, un objet y était posé. Curieux, je m'avançais vers ce dernier pour le renifler. Encore cette odeur. Mes petites pattes l’agrippèrent pour le toucher, découvrir sa forme, sa matière. C'était rugueux et froid ainsi que lisse à certains endroits. A mesure de mon observation, des motifs sculptés se dessinaient avant de me prendre un doigt dans les dents de l'objet. Surprit, un couinement s'échappait de mes lèvres. Le doigt toujours bloqué entre les dents de l'objet, je n'osais plus bouger de peur que l'on me repère encore une fois. Cependant, aucun bruit ne s'élevait, à croire que les habitants étaient sourds. Reprenant mon observation, je m'attardais sur cet objet de facture bien trop luxueuse pour se trouver dans un tel endroit. L'avaient-ils volé ? Ma patte glissait entre les dents pour extirper mon doigt de ce piège que j'avais identifié. Un peigne. Cet objet me plaisait, pour preuve, je vins me métamorphoser en humain et ainsi le souiller. Je noyais ses dents dans ma chevelure épaisse pleine de poussière. Avec un objet de la sorte, serait-il plus aisé pour nous de faire nos toilettes sans nous mouiller ?
© 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Nouveautés Chapter House :
» Dr House , le medecin traitant du Roy
» [Proto Deck] House Tully Will Stand Forever
» SERIE Dr HOUSE
» CR 27/01/2012 Space Alert / Rumble in the House

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Forest Cries :: Tōhoku :: Le Village des Forges :: Les Habitations-
Sauter vers: